Retrouvez-nous sur Facebook

mardi 7 novembre 2017

#NoëlPourLesEnfants 5ème Édition

Noël, c'est un moment de jubilation, et cela n'est généralement pas le cas pour les enfants en situation de rue du Burundi. La plupart d'entre eux luttent pour avoir ne fût-ce qu'une miche de pain pour se nourrir. Les joies et l'excitation auxquelles nous sommes habitués à Noël ne sont qu'une illusion pour nombre d'entre eux.

YBSP à travers une de ses activités caritatives #NoëlPourLesEnfants s'est toujours investi pour apporter le plaisir de célébrer Noël à ces enfants défavorisés.

Rien n'est plus beau et réconfortant que de maquiller les visages tristes et sans espoir de ces enfants par une célébration de Noël, synonyme d'un prélude d'une lueur d'espoir pour un futur meilleur. Noël a toujours représenté, amour, sacrifice et altruisme !

Vous pouvez aussi faire partie de cette expérience à la fois magique pour les enfants et édifiant pour tout âme animé de bonne volonté.


En offrant votre soutien à la 5ème édition de #NoëlPourLesEnfants, nous serons en mesure de répandre l'amour et la joie. Et n'importe où vous fêterez votre Noël, vous éprouverez un sentiment de satisfaction en sachant qu'un autre enfant quelque part au Burundi est dans la joie de Noël parce que vous avez choisi de faire un geste généreux.

lundi 2 octobre 2017

#SororaIkaye, la campagne qui a permis aux enfants de retourner à l’école


Au Burundi, la rentrée scolaire est une période pendant laquelle les parents sont dans l’angoisse d’envoyer leurs enfants à l’école. Certains parents arrivent à surmonter les dépenses qui consistent à se procurer du matériel scolaire, à savoir les cahiers, les uniformes et le minerval, d’autres n’y arrivent pas bien qu’ils aient la volonté d’envoyer leurs enfants à l’école. Il est déplorable et regrettable  de voir que certaines familles, en dépit de  leur volonté d’envoyer leurs enfants à l’école, voient leur vœux s’estomper à cause du manque de moyens.

Pour pallier à ce problème, l’association  YBSP a eu l’idée de lancer une campagne  baptisée #SororaIkaye en vue d’essayer de venir en aide à ces familles qui ont la volonté d’envoyer leurs enfants à l’école mais dont la volonté bute  l’obstacle de manque de moyens financiers. Comme le disait feu Nelson Mandela : ``L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde`` ;  pour que ces enfants   puissent amender les conditions précaires dans lesquelles ils se trouvent, il faut qu’ils puissent fouler le sol des salles de classe, et ça c’était l’ultime objectif de la campagne.
                     
                                        Pourquoi  l’appellation #SororaIkaye ?

En langue nationale  le verbe ‘’Gusorora’’ veut dire offrir quelque chose à boire à un ami. En effet, dans la société burundaise, c’est une pratique répandue et très banale qui est déjà encrée dans les habitudes de bons nombres de gens. Aussi, c’est un acte qui peut définir le caractère de quelqu’un, une personne qui offre à boire aux autres est perçue comme généreuse, gentille et sociable. On lui accole une multitude de compliments. A l’inverse, une personne qui ne le fait pas peut être traitée d’insociable, d’Harpagon bref ne pas ’’gusorora’’ engendre le mépris de ces compatriotes quitte à devenir un paria.

Quand on achète une bouteille de limonade ou de bière, on utilise de l’argent. Et si on essaie de convertir cet argent, une bouteille de  limonade ou de bière peut acheter un cahier, deux cahiers voire même trois. Les gens partagent de la bière et de la limonade presque tous les jours, et si ces mêmes gens se disaient un jour voilà on va troquer la limonade et la bière contre un cahier pour aider ce gamin qui n’a pas les moyens de s’en procurer ? Voilà la logique qui a permis d’accoucher l’appellation #SororaIkaye.

                                          Le déroulement…



La campagne #SororaIkaye s’est faite sur les réseaux sociaux, qui, de nos jours sont des outils incontournables pour la conscientisation des gens. Pour ce fait, des flyers portant le hashtag  ``sorora`` ont  inondé  les profils de tous nos membres et les amis qui soutiennent  notre cause. Une vidéo a été aussi faite et a été visionnée par des milliers de gens. En  parallèle à ces opérations virtuelles, une  autre équipe  faisait les fiches d’identification pour les enfants à venir en aide. Sur ce point, une chose importante est à savoir. Les enfants qui ne peuvent pas aller à l’école à cause du manque des moyens financières pullulent. Etant une organisation avec de moyens limités, on s’était fixé  un nombre de 70 enfants à venir en aide. Durant deux semaines, les membres du YBSP sont  allés dans des coins reculés de la capitale, se levant de bonne heure et bravant la faim, la soif et le soleil de plomb, pour identifier les plus défavorisés et établir une communication avec ces familles.

                                            L’effort finit par payer



Au fur et à mesure que les jours avançaient, des gens répondaient  positivement à notre appel et nous envoyaient des cahiers, des stylos  et des uniformes. Les gens ont si bien accueilli notre initiative que leurs dons nous ont permis de revoir à la hausse l’effectif  des enfants à aider. En effet, nous sommes passés de 70  à 160 enfants à venir en aide en une espace de deux semaines. En tous, on a récolté 1400 cahiers, 120 stylos, 200 crayons, 150 tailles crayons et 70 paires d’uniformes. Ce kit scolaire a été distribué la veille de la rentrée scolaire après l’une des activités  phares de  YBSP le ’’Sunday Meal’’. Parmi les bénéficiaires, nous soulignerons qu’il y avait des enfants de la rue qui avaient renoncé à l’école et qui nous ont promis de se consacrer désormais  pleinement à leurs études.

                                      Un sentiment de satisfaction

Cette campagne a été une occasion de prouver encore une fois que  l’amour  et la volonté de faire peuvent déboucher sur des résultats qui peuvent changer le cours des vies des enfants défavorisés. La campagne a été un plein succès car on a même pu distribuer des cahiers en dehors de la mairie de Bujumbura dans la commune Kabezi. Une pensée spéciale à chacune des personnes qui se sont investies pour que cette campagne réussisse. YBSP vous en sera éternellement reconnaissant et espère que vous serez toujours, dans ce grand voyage vers une destination où on trouvera tous les enfants à l’école ; des compagnons  dévoués  et passionnés  dans cette possible et noble mission.

Arnaud I. GIRITEKA

samedi 26 novembre 2016

« Ce qui compte à Noël, ce n’est pas de décorer le sapin, c’est d’être tous réunis. »

Noël pour les Enfants, 4ème Edition

Comme à l’accoutumée, l’Association Youth Building in Synergy to end Poverty organise à la fin de l’année l’évènement intitulé “Un Noël pour les Enfants”. Plus qu’une simple fête, ce dernier est un moment de partage, de victoire et un éclat d’espoir pour un avenir  radieux.

En effet, depuis maintenant 4 ans, YBSP  offre avec succès une fête de Noël pour des enfants en difficulté. Cette journée spéciale se déroule toujours dans une ambiance hors du commun. Loin des stress de la vie et des tristesses de nos difficultés du quotidien, à « Un Noël pour les Enfants », on danse, on mange, on boit, on prie et par-dessus tout on partage ce qu’on a de plus cher : l’Amour.

YBSP est à ce jour garant et parent d’une dizaine d’enfants qui ont été sortis de la rue puis logés, nourris à leurs faim et scolarisés dans le cadre de son programme « Feed a Child » qui ne cesse de prendre de l’ampleur. « Un Noël pour les Enfants » est aussi une opportunité de pouvoir parler et célébrer ces victoires de la jeunesse réunie au sein de YBSP.

Cette 4ème édition de « Un Noël pour les Enfants » se tiendra le dimanche 18 décembre 2016 à Bujumbura. La journée festive se fera en trois étapes. Le matin à partir de 10h00’ jusqu’à 11h30’ les jeunes de YBSP et tous leurs invités se rendront au centre pour handicapé Saint Kizito sis au quartier industriel. Dans la mi-journée de 12h00’ à 13h30’, le convoi se dirigera vers les enceintes de l’orphelinat Yezu Mwiza situé à Buterere : Eh bien, ça ne sera pas les mains vides. Enfin, pour le main event, ce sera au Musée Vivant en compagnie de plus de 400 enfants vivant dans la rue de 14h00 jusqu’à la fin de journée.

« Un Noël pour les Enfants » est une fête de l’amour, et donc ouvert à tous sans distinction aucune de confession religieuse, de classe social ou même de statut social. Tout le monde est invité au vrai sens du terme. Et en bonus tout le monde peut participer.

Il y a peut-être un habit ou une chaussure que vous ne portez plus ? Un jouet mis au placard ? Avez-vous un petit billet de plus dans votre porte-monnaie ? Voilà une occasion en or pour faire bon usage de ce qui ne vous sert plus. Faites-en dons pour le don aux enfants démunis. Soyez celui qui fera le bonheur d’une centaine d’enfants qui passent leur journée affamés et assoiffés sous un soleil de plomb et dorment sans couverture sous la belle lune dans le froid.

Pour vous faciliter la vie, YBSP a préparé plusieurs canaux pour pouvoir faire vos dons. Le compte 6690088103 ouvert à la KCB sous le nom de YBSP est disponible si vous souhaitez faire un virement bancaire. Mais les virements peuvent se faire aussi via Western Union, MoneyGram, MoneyTrans, … Vous pouvez aussi appeler le +257 72 034 440 (Laurène) ou le +257 75 941 899 (Maureen). Pour les internautes la page facebook (https://www.facebook.com/ybspburundi/) et la boite à courriel ybspfamily@gmail.com sont à votre disposition.


Nous espérons votre soutien à tous et comptons sur votre présence au jour « J ». Car, comme le dit le cinéaste américain Kevin Bright, ce qui compte à Noël, ce n’est pas de décorer le sapin, c’est d’être tous réunis. YBSP, Small steps, Big changes !

Akbar SELEMANI

samedi 19 décembre 2015

« Il y a un champion dans chacun d’entre nous. » dixit Olivier Hakizimana

Dernièrement YBSP vous a présenté Mr Olivier Hakizimana qui nous a fait l’honneur d’être le parrain officiel de cette 3ème édition de « Un Noël pour les Enfants ». Notre rédaction vous a préparé pour une interview exclusive avec cet homme qui réunit en un seul un orateur, un coach, un écrivain et un prédicateur de l’évangile.

YBSP : Bonjour Mr Olivier !

Olivier : Bonjour !

YBSP : Notre première question se résume à « Qui est Olivier Hakizimana » ? Autrement dit comment vous définiriez-vous ?

Olivier : A vrai dire, c’est une question que je me pose aussi. Il est difficile de se définir parce que l’homme est défini par différents paramètres comme l’entourage, ce en quoi il croit et plusieurs autres. Mais je peux vous dire qui je suis à partir ce que j’aime. J’aime beaucoup prier et j’aime motiver les gens. Je suis un motivateur, un coach. J’aime montrer aux gens que chacun a un potentiel, qu’ils voient qu’il y a un champion dans chacun d’entre nous. Mais à côté, j’aime les gens, j’aime la vie, j’aime faire rire et j’aime les montres (rires).

YBSP : En tant que motivateur et coach, qu’est-ce qui vous motive ?

Olivier : Ma seule grande motivation c’est l’Amour de Dieu. Dieu m’aime, Il m’aime beaucoup d’un Amour infini et inconditionnel.  Je le sais, je le sens et je le vois. Dans la vie, chaque homme a deux besoins fondamentaux : Aimer et  être aimé. Et on ne peut donner que ce que l’on reçoit aussi. Moi j’aime Dieu et je sais qu’il m’aime en retour et j’œuvre pour que les autres puissent sentir cet amour aussi.

YBSP : A propos du livre que vous avez publié, pourquoi avoir choisi ce titre : « Et si tu n’étais pas ce tu penses être » ?

Olivier : C’est un titre que j’ai choisi après beaucoup de réflexion et d’hésitation. Mais la vrai raison de ce choix, c’est pour que chacun puisse se poser la question. Un certain philosophe a dit que les moments les plus importants dans la vie sont quand l’on naît et quand l’on réalise pourquoi. Aujourd’hui, la grande crise qui est dans la société n’est ni social ni économique mais c’est seulement une crise d’identité.

YBSP : Quel est le rapport entre le titre et le contenu du livre ?

Olivier : L’histoire est une fiction qui met en scène un jeune qui est allé faire des études à l’étranger. Mais arrivé là-bas, il a eu des problèmes et a découvert que tout c’à quoi il aspirait n’était qu’une illusion donné par l’entourage. Cette histoire nous donne une leçon très importante : « Les problèmes présentent une personne à elle-même. »

YBSP : YBSP a fait appel à vous pour l’épauler dans la mission d’assister les enfants démunis, quel est votre vision dans ce domaine ?

Olivier : Quand je vois un enfant dans la rue, je me culpabilise beaucoup. Mais c’est aussi difficile de savoir comment l’aider. Si je lui donne un petit billet et qu’il court le remettre à sa mère assise à côté, est-ce qu’il en profitera ? Où est-ce que je lui aurais donné un message du genre « C’est ici qu’il y a de l’argent » ? Mais malgré tous les difficultés qu’il peut y avoir je crois que nous aiderons vraiment ces enfants si nous investissons dans leur éducation.

YBSP : Un dernier mot ?

Olivier : Félicitation à YBSP et que Dieu vous aide dans ce vous faites. J’ai hâte de venir à la fête de Noël pour les Enfants juste pour vous rencontrer tous.

Propos recueillis par Akbar SELEMANI

vendredi 4 décembre 2015

Free Car Wash: Une voiture propre est un enfant joyeux !

Samedi, le 5/12/2015
La 3ème édition de notre événement annuel “Un Noël pour les Enfants” est à 16 jours. Et les YBSP ne sont pas les seuls à être engagés dans l’accomplissement de cette noble tâche. Nous avons été rejoint par le groupe “Thunders” qui est à l’initiative du “Free Car Wash”.

Thunders est un groupe de jeunes qui a été créé par la jeunesse chrétienne de l’Eglise CLM. Toutefois, il est ouvert à tous les jeunes de toutes les églises et toutes les confessions religieuses. Ce groupe s’est donné pour but de participer à accomplissement de 127 projets humanitaires. Ce samedi, 6 Décembre 2015, à Buja Café, de 8h à 13h, se mettra en oeuvre “Free Car Wash”; le premier des 127.

Rapport entre “Free Car Wash” et “Un Noël pour les Enfants”

Thunders a eu l’idée d’organiser cet événement en vue de soutenir financièrement “Un Noël pour les Enfants”. Pour ce, les jeunes de Thunders et du YBSP mettront leurs efforts ensemble pour un travail de lavage de voitures en vue de trouver de fonds.

Cette activité n’est pas réservée aux membres du YBSP et Thunders seulement mais à toute personne qui sent le besoin d’aider les enfants démunis et les orphelins à fêter un joyeux Noël avec la famille dont nous faisons tous partie.

Pour toute voiture lavée gratuitement, ce sera les fonds de plus pour “Un Noël pour les Enfants”. En effet, dans la consommation de chaque client pour qui on lavera la voiture,  20% de la note payée sera versée pour le bien de la fête des enfants.

En plus de l’opération Free Car Wash, il y aura un stand où les passants et les clients de Buja Café pourront contempler des œuvres d’arts ou d’autre gadgets du travail de jeunes burundais. 


YBSP et Thunders; une jeunesse en action est une Nation en puissance.

Akbar SELEMANI

mardi 1 décembre 2015

Noël pour les Enfants, 3ème Edition : « Votre don, c’est notre force ! »

Le 20 décembre 2015
« Umoja ni nguvu », cet adage swahili qui peut se traduire en français par « l’union fait la force », est ce qu’il faut pour désigner la jeunesse réuni au sein de l’Association « Youth Building in Synergy to end Poverty » ; YBSP en sigle, qui œuvre pour l’accomplissement de l’évènement « Un Noël pour les Enfants, 3ème Edition ».

En effet, « Un Noël pour les Enfants » est un évènement qui est organisé chaque année par cette Association dans le cadre de son programme Feed a Child. Les 2 premières éditions ont été des réussites. Plus de 600 enfants démunis et enfants de la rue ont eu droit à une fête de Noël digne de ce nom. L’événement de cette année est prévu pour le dimanche 20 décembre 2015.

YBSP est toujours là, gardant la tête haute dans sa mission d’assistance aux enfants démunis et enfants de la rue. La journée festive du 20 décembre débutera avec une visite dans un orphelinat dans la zone Rohero 1 et continuera avec une rencontre avec plus de 250 enfants de la rue dans les enceintes de la Multinationale Alpha CD Technology.

Le bonheur se partage et tout le monde peut participer au bonheur de ces enfants. YBSP est un grand ensemble mais l’aide de tout un chacun quel qu’il soit reste indispensable et nous ferait le plus grand plaisir.

Pour les enfants, Noël est une fête dans laquelle on partage en famille et surtout une fête dans laquelle on doit avoir un cadeau. Les enfants du YBSP ne sont pas exigeants. Tout ce qu’ils veulent comme cadeau, c’est l’habit que vous ne portez plus, le sac à dos que vous n’utilisez plus, la chaussure qui n’est plus de votre pointure, …   

Les enfants continuent à vivre même après la fête, ils ont besoin de vivre (de la nourriture non périssable, des conserves, …) et même d’autres besoins spécifiques exiger par notre nature (pour le cas des filles par exemple,…).  Tout cela, vous pouvez le faire le doigt dans le nez juste en appelant +257 79 931 620 ou +257 79 225 931 ou par messagerie sur WhatsApp aux mêmes numéros. Une fête de Noël avec tous ces enfants fait appel à de grands moyens financiers et vos dons pourraient être d’une grande utilité.      

Toutefois, au-delà de tout ce qui peut être matériel, votre contribution morale nous est le plus indispensable. Nous voulons participer à la construction d’un Burundi meilleur, d’un monde meilleur. YBSP ne se lassera jamais car le bon combat est celui engagé au nom d’un rêve et quand vous y croyez vraiment tout l’univers conspire pour vous permettre à le réaliser. Avec YBSP, s’unir pour bâtir, c’est grandir ensemble. 

Akbar SELEMANI       

dimanche 20 septembre 2015

Enfants de la rue: Appel au parrainage !

Enfants de la rue en attente de parrainage / YBSP 2015
C’est la rentrée scolaire au Burundi. Finies les vacances pour les jeunes écoliers et élèves. Certains seront heureux de retrouver leurs amis d’école et d’autres se plaindront de ne plus assez de temps de sommeil, de ne plus avoir le temps de jouer suffisamment. Les rues ne seront plus leurs espaces de jeu. Les parents limiteront les mouvements de leurs enfants, les encadreront afin qu’ils aient une concentration maximale à l’école.

Pourtant dans le même pays, dans la même ville, dans le même quartier voire sur les routes de ces écoles, des dizaines d’autres enfants devraient changer d’emplacement, de rue, de quartier parce que la saison des pluies arrive à petits pas. Ils scruteront le ciel pour lire la météo « Les nuages sont gris. Allons chercher un abri ailleurs. » Diront-ils

Les nuits sèches reviendront après neuf autres mois. Ce sera les vacances pour les autres.  En attendant, ces enfants sans toit, dans la rue, auront pour priorité : un abri les protégera des pluies. Humant les odeurs de toutes sortes dans les caniveaux, les parfums du bitume brûlé, de la terre arrosée, des fumées de véhicules leur seront servis sans modération. Ils se résigneront en regardant ce monde avec, peut-être, une certaine aversion parce qu’ils n’ont personne sur qui compter. Le seul souci est l’immédiat, le ventre qui réclame et qui n’est jamais satisfait. Les swahilis disent à ce propos qu’il n’y a pas plus ingrat que le ventre. L’éternel insatisfait.

Jusqu’à quand contempleront-ils avec tristesse un monde inaccessible et insouciant leur tourner le dos ? « Bandes de vauriens » diront certains. Qui leur a donné une chance afin qu’ils prouvent leur capacité ? Ces enfants doivent reprendre goût à la vie. Il faut que la conscience nous travaille afin de leur montrer qu’ils peuvent toujours croire en la vie. Que rien n’est perdu parce qu’ils sont orphelins, parce qu’un parent ivrogne les a abandonnés et eux préférant vivre dans la rue que de subir la bastonnade et les insultes au quotidien ou parce qu’une marâtre ne veut pas d’eux,… Il faut que nous leur montrions qu’il existe des personnes qui sont touchées par leur situation et qu’elles souhaiteraient leur donner cette occasion d’aimer la vie. Ils auraient aimé avoir cette attention des parents et cette chaleur familiale. C’est possible si nous nous mettons ensemble. Cette catégorie d’enfants n’attend qu’une voix lui dise « Nous sommes à tes côtés. »

Via son programme « Feed a Child », YBSP vous présente 7 enfants qui attendent ceci de nous, un geste. Sept enfants à qui nous avons promis attention, chaleur familiale et soutien pour commencer les études. Sept enfants qui attendent impatiemment dans la rue que nous revenions les voir. Vous pouvez vous engager comme parrain ou marraine d’un de ces enfants. Vous pouvez, en groupe de 10, de 20, de 50, prendre un enfant en charge. Cinq autres enfants ont bénéficié de ce programme et les résultats sont très bons et très satisfaisants.

Prenez action en nous contactant sur :

Email : ybspfamily@gmail.com
WhatsApp : +25778539890
Appels : +25779316388

www.facebook.com/ybspworld